THEMES DE RECHERCHE DÉVELOPPÉS

Axe 1. Problèmes éthiques soulevés par l’impact des médias sur la relation du corps médical aux familles en matière d’aide à la procréation.
Axe 2. Les représentations de l’embryon humain, de la fécondation à la naissance.
Axe 3. L’utilisation de l’image et de l’audiovisuel dans les médias (science et médecine).

Axe 1.
Problèmes éthiques soulevés par l’impact des médias sur la relation du corps médical aux familles en matière d’aide à la procréation
.
La problématique générale de cette recherche concerne l’étude des questions éthiques liées aux modifications des représentations de la reproduction induites par les communications des secteurs marchands, journalistiques et militants. Elle a pour ambition de dégager leurs conséquences sur le travail des professionnels de santé et sur leurs relations aux parents concernés par la procréation. Elle proposera des initiatives en matières de pratiques médicales, de formation et d’organisation.

Axe 2.
Les représentations de l’embryon humain, de la fécondation à la naissance.
Mes activités de recherche portent avant tout sur les représentations, c’est-à-dire les figures et les images, qui représentent l’embryon humain. Mon approche est transdisciplinaire (comme le sont les sciences de l’information et de la communication). Elle est historique (mise en perspective), philosophique (approche épistémologique, éthique), sociologique (description des contextes, analyse de la production de sens).
L’étude des représentations de l’embryon humain me permet de mettre en évidence le changement de statut qui s’opère actuellement quant à l’identité de l’embryon et du fœtus. Le sujet de l’étude est au cœur du débat qui anime la science et la médecine dans sa rencontre avec les publics et les usagers autour de la fécondation in vitro, de l’IVG, du handicap, du clonage ou encore des cellules souches embryonnaires.
L’image de l’embryon touche aux représentations de la vie et de la mort, et par là même aux valeurs fondamentales de nos sociétés. Celles-ci ont été chamboulées par l’évolution des sciences et des techniques, et restent fort différentes dans le monde occidental et le monde asiatique par exemple. L’étude en cours est ainsi une prolongation du travail de l’ACI « Les représentations de l’embryon humain ». Elle re-questionne les enjeux de catégories de scientifiques très différentes, impliquées dans ce travail des figures de l’embryon. Nous y analysons les processus de dé-contextualisation opérés en fonction des valeurs, des enjeux qui motivent les différents chercheurs (et les institutions qui les portent) et en fonction des publics ciblés par les produits audiovisuels et multimédias qu’ils réalisent ou souhaitent réaliser.

Axe 3.
L’utilisation de l’image et de l’audiovisuel dans les médias (science et médecine).
L’étude de l’utilisation de l’image et de l’audiovisuel dans la communication institutionnelle et dans les médias, y compris celle de l’embryon et du fœtus humain est une analyse critique du rapport des chercheurs, des médiateurs et des institutions de recherche à la « mise en scène et à la « mise en spectacle » de la science. Elle se situe au cœur du débat « Science Citoyen ».
Ces recherches font suite à ma pratique, comme spécialiste de l’image dans le contexte de l’information scientifique et technique à la Cité des Sciences et de l’Industrie, à la Délégation à l’Information Scientifique et Technique du CNRS, dans les Médias, et au sein de l’ACI sur les représentations de l’embryon et du fœtus humain.